Un patrimoine historique

Le Château

 

Au cœur d’un vaste domaine de 60 ha, se dressent les vestiges impressionnants du château néoclassique du marquis de Laborde, témoin d’un passé porteur de grandeur et de décadence. Avec ses canaux bordés de balustrades en pierre et ses alignements de tilleuls majestueux, le parc offre des ouvertures et des perspectives aux couleurs changeantes au gré de la lumière et des saisons. Dans ce décor romantique et fascinant, les ruines monumentales évoquent la splendeur passée d’un domaine d’exception.

 

 


Le « Petit Château »

 

Couramment appelés « Petit Château« , les communs du château de Saint-Simon datent du XVIIe siècle et furent agrandis et transformés en résidence au XIXe siècle par Louis-Philippe. Depuis une trentaine d’années, le petit château a fait l’objet de plusieurs projets de réhabilitation dont aucun n’a abouti à ce jour.

 

 

 

 


L’église Saint-Nicolas, joyau de l’art baroque

 

Claude de Rouvroy, Duc de Saint–Simon, et père du mémorialiste est un farouche opposant à la religion réformée. Après l’acquisition du château en 1635, il décide de raser l’ancienne église qui, pendant les guerres de religion était de-venue un lieu de culte protestant. Il fait bâtir l’église actuelle dédiée à Saint-Nicolas en 1659. De style baroque, elle s’inspire des dessins de l’architecte Palladio, avec sa façade élevée selon le schéma à l’italienne, en briques et en pierres, couronnée d’un clocher bas coiffé en dôme.
C’est cette belle église que Louis de Rouvroy choisira pour dernière demeure. On trouve le caveau seigneurial dans la chapelle dite de la résurrection formant le bras droit de l’église. Louis de Rouvroy fut inhumé dans ce caveau aux cotés de son épouse la Duchesse de Durfort de Lorges. Le caveau fut malheureusement pillé à la Révolution Française et les ossements du Duc et de la Duchesse furent jetés dans une fosse commune.

 

 


La Chapelle de Réveillon

Romane de naissance puis remaniée au XIIe et XVe siècles, la chapelle de Réveillon figure parmi les rares églises qui ont conservé intactes leurs peintures murales. La richesse de leur traitement et de leurs thèmes est exceptionnelle. On peut encore lire sur ces murs un foisonnement de détails telle une frise d’arabesques où s’enchevêtrent oiseaux, fruits et fleurs. Ses thèmes variés représentent entre autres, Le Dit des Morts et des Trois Vifs, la Passion, la Tentation, la Vie des Saints et des Martyrs, Saint-Christophe, le miracle de Saint Hubert etc.
Dans son écrin de verdure, la chapelle abrite un cimetière où repose Michel Jobert, ministre de Georges Pompidou.

 


La Mairie

 

Les Halles du XVIIIème siècle abritent aujourd’hui la mairie. Elles furent surélevées et offertes à la population fertoise sous le règne de Louis-Philippe, 1er roi des français.

 

 


Autres monuments classés

 

Outre les bâtiments historiques de la commune, sont également classés :

  • le parc du château avec ses allées plantées de tilleuls, ses pièces d’eau ainsi que le pavillon du garde et du jardinier, le saut du loup avec ses grilles de part et d’autre
  • la grille d’honneur du château
  • l’ancien lavoir municipal